Naissance d’une connasse

Hier m’attendait un joli cadeau dans ma boîte email, un mot d’Eloïse Lang, scénariste de “Connasse”, la nouvelle mini-série avant le Grand Journal de Canal Plus qui fait fureur en France et dont je me régale. D’où? Comment? Pourquoi un tel privilège? Non, non, ce n’est pas grâce au mince succès de mon poste “Quand je serai grande, je serai Connasse sur Canal” mais grâce à une amie commune qui, après un passage éclair à Mexico City, élève désormais ses quatre bambins sur les rives du Bosphore. Small world, I know…

Mais l’Eloïse en question, loin d’être une connasse, c’est fendue d’un fort gentil mot où me fut révélé la naissance de la peste vénérée. Ce fut donc à la suite d’un texto envoyé un jour à Noémie Saglio, auteur réalisatrice rencontrée en Corse et avec qui l’envie naquit de développer un projet, “et si on écrivait une série sur une Connasse” ?. Les deux minettes écrivirent une Bible et trouvèrent une boîte de production, Silex Films, qui leur signa une option. Mais n’est pas connasse qui veut, et c’est lors d’un casting que les deux réalisatrices tombèrent en émoi devant le talent de Camille Cottin qui s’est imposée loin devant les autres comme LEUR Connasse. Comme quoi, ce n’est pas donné à tout le monde de jouer des rôles de salope et comme disait Coluche, “il faut être drôlement intelligent pour jouer des rôles de con.”

Le pilote bouclé, il fut envoyé à Canal and the rest is history….

Depuis, Eloïse et Noémie croulent sous le travail, les horaires de dingue, sont plongées dans des situations rocambolesques car les tournages sont filmés en caméra cachée avec du matériel d’espionnes et une organisation digne de homeland (mais avec des intermittents du spectacle comme techniciens qui ont du mal à suivre…pas très habitués aux opérations commando).
Malgré cela, ces nanas ne se sont pas chopé le melon, bossent à en perdre des kilos, s’arracher les cheveux et se fumer des cartouches entières. Leurs mecs n’en peuvent plus, normal vu qu’il ne doit même pas y avoir une pizza surgelée au congélo. Et loin des tapis rouges et des paillettes, quand elles n’écrivent ou ne tournent pas, elles se roulent en boule épuisées sur leur canapés respectifs en matant la télé.
“Mais ce qui compte c’est de savoir que tout ça vaut le coup vu que ça fait marrer les copines du Mexique à Istanbul.” dixit Eloïse. En tout cas, je suis admirative moi qui n’arrive toujours pas à boucler mon scenar debuté en 2008… Je vais peut-être partir en Corse et balancer des textos…
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s